Pôle d'expérimentation à haute pression

Directrice scientifique : Isabelle Daniel

Responsable technique : Hervé Cardon

Voir les consignes de sécurité pour l'utilisation des équipements sur le Codex

L'activité du pôle d'expérimentation à haute pression se répartit entre deux domaines : l'expérimentation en physique des matériaux et l'expérimentation en (micro)biologie.
Le premier repose, au sein du laboratoire, sur la technologie des cellules à enclumes de diamant (CED).
Le second utilise différents types d'enceintes de culture sous haute pression hydrostatique (tube de culture gros volume, cellule optique Andréa et cellules à enclumes de diamant).

L'équipement en cellules à enclumes de diamant du laboratoire de sciences de la Terre s'inscrit comme une composante du pôle lyonnais d'élaboration sous conditions extrêmes (PLECE). Le PLECE regroupe un ensemble de moyens capable de combiner des conditions extrêmes de pression (de plusieurs GPa à des dizaines de GPa) et température (jusqu'à 2000 °C) afin d'élaborer des matériaux d'intérêt géologique, technologique ou fondamental.
Avec le concours de l'ENS de Lyon et de l'université Claude Bernard Lyon 1, cet ensemble d'instruments a été constitué en fédérant les moyens du Laboratoire de géologie de Lyon (UMR 5276, ex laboratoire de Sciences de la Terre) et de l'Institut Lumière Matière (ex laboratoire de physique de la matière condensée et nanostructure).

Ce pôle bénéficie de tous les équipements nécessaires pour le montage et le chargement des cellules à enclumes de diamant (scie diamantée, micro-foreuse, électroérosion à fil, microscopes binoculaires) et la conduite des expériences (générateurs de pression manuels et à régulation automatique, système de mesure de pression par fluorescence de calibrants).
Le parc de cellules à enclumes de diamant se compose actuellement de 7 cellules à système de mise sous pression mécanique (dont un modèle à déformation par torsion) et 12 à système pneumatique (diffraction des X, biologie, chauffage résistif ou laser, fluorescence X à 90°...).

L'équipement pour la culture sous haute pression hydrostatique est constitué d'incubateurs gros volume (0.4 l - 300 et 900 bars) et de  5 cellules optiques Andréa. La mise en pression s'effectue à partir de pompes manuelles.

Les analyses qualitatives et quantitatives sont effectuées soit par des méthodes développées sur les autres plateformes du laboratoire, notamment en spectroscopie Raman dont un appareil a été spécialement équipé pour accueillir les CED, ou associées (centre de diffractométrie Henri Longchambon) ,soit sur des grands instruments de type synchrotron.

L'équipement est assuré par des crédits sur projets spécifiques. Les crédits contribuent au fonctionnement à raison de leur taux d'utilisation.

 


La majorité des biotopes se situe dans des environnements à haute pression. Cependant, les effets de la pression sur les réactions et les cycles biologiques sont encore en pleine exploration, du fait de la complexité des réactions elles-mêmes. Compte tenu des difficultés techniques inhérentes, les mesures in situ de croissance et de métabolisme sous pression sont rares [1].

Joomla templates by a4joomla